Crypto analysts on Bitcoin record run: „Bulls are still fully on the trigger“

The experts see no real reasons for the market-leading cryptocurrency to decline anytime soon.

In the past 24 hours, Bitcoin ( BTC ) has climbed almost to $ 50,000, largely due to the $ 1.5 billion investment by the innovative automaker Tesla this week

Although the market-leading cryptocurrency has now climbed more than 100% above its previous record high of almost 20,000 US dollars from 2017, the crypto trader under the pseudonym „Cheds“ is confident that the current run will lead even further upwards becomes.

„I believe that many people here hope for a ceiling or at least persuade themselves that it has to come because the price has risen so rapidly so quickly,“ as the expert, who focuses on technical analysis, explains to Cointelegraph.

In December 2020, Bitcoin System had jumped $ 19,892 from 2017 , followed by a dramatic increase to $ 41,981 in January 2021 .

After a short turnaround, the crypto market leader was able to increase to a new high of 48,911 US dollars on February 11

“In my opinion, the bulls are still fully on the trigger, with new reports every day of further interest from institutional investors and increasing demand, which will further fuel the current soaring,” said Cheds. In fact, more and more mainstream players are currently getting into Bitcoin. With an investment of 1 billion US dollars , the software manufacturer MicroStrategy was until recently the largest entrepreneurial investor before the car manufacturer Tesla now deserves this honor. However, many other companies have now also invested in the crypto market leader .

„If some people think that Bitcoin will now fall because of the new Canadian Bitcoin ETF or the Chinese New Year, then that’s just an excuse they need because they want to sell anyway,“ as the expert classifies the prophecies of doom of the critics. He is referring to the latest news that Canada approved the first North American Bitcoin index fund yesterday .

„Yesterday we reached a new record high of 49,000 US dollars,“ as trader CryptoWendyO confirms her colleague’s optimism. „However, we are having a hard time breaking the 50,000 US dollar mark,“ the expert continues. However, she then adds:

„The 50,000 are inevitable, but over the weekend we should keep an eye on the $ 44,700 area first unless we get a tweet from Elon Musk that catapults #Bitcoin to $ 54,000.“

The Tesla boss had already “ twittered “ about cryptocurrencies in the past few days , but recently he especially fueled the Dogecoin ( DOGE ).

Un ancien responsable du cyber-espionnage britannique

Un ancien responsable du cyber-espionnage britannique demande une modification de la loi pour mettre fin aux paiements de rançon de Bitcoin

Un ancien chef de la cybersécurité britannique a fait part de ses inquiétudes quant au fait que les incidents de rançon sont sur le point de „devenir incontrôlables“. Ciaran Martin a également appelé à l’adoption de lois pour empêcher les gens de payer des bitcoins aux cybercriminels.

La plupart des cybercriminels sont basés en Russie

Au cours d’une interview accordée au Guardian, M. Martin, qui était à la tête du Centre national de cybersécurité (NCSC), a souligné que les compagnies Bitcoin Up d’assurance financent indirectement le crime organisé dans les cas de rançon.

Martin pense que les demandes de rançon des compagnies d’assurance contribuent à perpétuer le cercle criminel. De plus, l’ancien responsable de la cybersécurité affirme que les systèmes de santé nationaux pourraient être touchés par de telles attaques pendant la pandémie :

Je pense que cela peut être évité. Actuellement, les entreprises sont incitées à payer des rançons pour s’assurer que tout cela disparaîtra… Il faut envisager sérieusement de modifier la loi sur les assurances et d’interdire ces paiements, ou, à tout le moins, d’organiser une grande consultation avec le secteur.

Selon l’ancien responsable du NCSC, le problème réside dans l’absence d’obstacles juridiques qui empêchent les entreprises de payer des rançons.

Le Guardian le cite en disant que la plupart des acteurs de la menace viennent de Russie et de certains autres anciens États soviétiques. „Les gens paient des bitcoins à des criminels et réclament de l’argent“, a ajouté M. Martin.

Les lois britanniques n’interdisent pas le paiement de rançons aux cyber-gangs

Bien que les lois britanniques interdisent strictement le paiement de rançons aux terroristes, la règle ne couvre pas les cybercriminels. Le rapport donne l’explication suivante :

Les lois britanniques sur l’extorsion de fonds interdisent le paiement de rançons aux terroristes, et ont été élaborées en grande partie en réponse à la menace d’enlèvement. Mais les cyber-attaques ne sont pas menées par des groupes terroristes, et il n’y a donc aucun obstacle au paiement de rançons – et il est possible de faire une demande d’indemnisation si aucune donnée personnelle n’est impliquée.

Selon un rapport partagé avec news.Bitcoin.com, le laboratoire de logiciels malveillants Emsisoft a déclaré que 2020 était une autre „année phare pour les cybercriminels“ lors d’incidents liés à des rançons aux États-Unis.

Par ailleurs, une étude de la société d’analyse de chaînes de blocs Chainalysis a révélé que la criminalité liée à la cryptocriminalité a considérablement diminué. La part criminelle de l’ensemble des activités de cryptographie est tombée à seulement 0,34 % en 2020.